fbpx
Abonnez-vous à une newsletter positive et solidaire !

Coucou,  Je suis Nadira.

Je vais vous  raconter quelques petits bouts de mon histoire qui vous feront comprendre pourquoi j’ai créé TeeziRi.

La vie commence au top avec 13 mois d’hospitalisation quand j’avais 6 mois. Apparemment un petit microbe à voulu me pourrir la vie, mais bon je me suis bien battue.

Quand j’avais 3 ans ma mère a subi une intervention banale qui a mal tourné, elle avait 47 ans. Erreur chirurgicale qui a coûté cher à ma douce maman : lourdes interventions et longues hospitalisations régulières jusqu’à ce qu’elle nous quitte en 2006. Paix à son âme. 💖

Je vous passe les années d’études,  les épreuves difficiles dues à la maladie de ma maman ….

En 2000, naissent mes neveux Amine et Jessim à 15 jours d’intervalle.
Amine est handicapé psychomoteur à 80 % : il a fait une encéphalite sévère quelques jours après le vaccin du 4ème mois qui l’a plongé dans un état végétatif avec une épilepsie pharmaco-résistante et diagnostiqué aveugle.
Le calvaire a commencé pour ma sœur : hospitalisations à répétition, lourdeur administratives avec l’obligation de raconter à chaque fois sa douleur … Mais à force de détermination après avoir été “un légume”, Amine marche un peu et à fait énormément de progrès alors que les médecins étaient plutôt pessimistes. Ma sœur lui consacre sa vie, l’amour fait des miracles !
Jessim à été diagnostiqué autiste à l’âge de 4 ans. Dès que sa mère a su ce qu’il avait elle s’est battue pour qu’il aille à l’école “normale” et a mis en place des méthodes d’apprentissage à la maison pour l’aider. Elle a assuré car aujourd’hui son fils a 18 ans, il vient de décrocher son permis de conduire et passe son bac cette année !
Enfin, Yanis, le petit frère de Jessim, né en 2002, a lui aussi été reconnu comme étant autiste à l’âge de 10 ans après avoir été diagnostiqué “précoce” quelques années plus tôt. Il est Asperger, autisme différent, galère différente ! Il déborde d’énergie et de créativité.

Mes sœurs et leurs petites familles ont surmonté des épreuves très dures. Je les admire et je pense qu’on ne peut pas comprendre ce que vivent les parents d’enfants handicapés ou lourdement malades tant qu’on ne l’a pas vécu. Respect ! 👍💪👏

En 2001 mariage,  3 beaux enfants, et en 2010 séparation…

Après 8 ans de congé parental et en plein dans la crise je n’arrive à décrocher que des CDD. En 2013 enfin un job, mal payé mais quand on vit avec 700 euros par mois on est juste super heureux… Tout se passe bien, d’assistante relation client je passe responsable. Entre temps la maladie de basedow a pointé son nez, j’étais donc dans un état lamentable avec plus de 20kg en plus (normalement on perd du poids en hyperthyroïdie, sniff !). Le traitement à porté ses fruits mais l’ambiance au travail et la quantité de boulot sont devenus très difficiles à vivre avec de plus en plus de travail et une équipe en sous effectif… J’ai consacré toute mon énergie pour assurer au boulot au point de travailler régulièrement de chez moi le soir, le weekend et même en vacances. Et oui j’étais timbrée ! A un moment donné j’étais tellement épuisée que j’avais du mal à me lever le matin et j’ai eu une éruption de bouton sur tout le corps. Diagnostic : lichen plan, rosacée et langue géographique (je vous jure ça existe !), des mois pour s’en débarrasser avec des rechutes régulières.

Entre temps,  mon frère est décédé en 2016 après plusieurs mois d’hospitalisation.  C’était pour moi, pour nous, une terrible épreuve.  Paix à son âme. 💖

En juin 2017 je n’ai pas dormi pendant un mois car je voulais quitter mon emploi, je me traînais pour aller travailler. Puis après avoir parlé avec mes enfants j’ai décidé de demander une rupture conventionnelle. Libérée, délivrée….

Certains m’ont prise pour une folle : mais comment vas tu faire avec tes 3 gamins….? Ben je vais me requinquer et je vais rechercher du boulot ! Mes enfants ont justement besoin d’une mère, pas de la loque que j’étais devenue.

Je suis retournée bosser en janvier 2018 mais travailler 10 à 12 h par jour n’était plus fait pour moi donc au bout d’un mois et demi j’ai demandé à mettre fin à ma période d’essai. A partir de là j’ai commencé à me poser les vraies questions : que veux-tu faire exactement ? Je n’avais plus envie d’horaires à rallonge, d’ambiance de travail asphyxiante… A 44 ans j’avais envie de faire ce qui me plaît et de profiter de mes enfants ! Et ce qui me plaît c’est écouter, rire, faire plaisir, partager et aimer !

Ce que je retiens de ma vie : malgré les épreuves ne jamais abandonner ni perdre espoir. J’ai la chance d’avoir une famille et des amis, mes enfants sont (à peu près) en bonne santé, j’ai une maison, une voiture… J’essaie de profiter des bons moments et quand j’ai des coups de blues je veille à ce qu’ils ne durent pas trop longtemps. Je sais pertinemment que d’autres épreuves m’attendent donc raison de plus pour profiter des petits bouts de vie magiques qu’offre la vie au quotidien.

Je suppose que maintenant vous avez compris pourquoi j’ai décidé de faire un blog qui mêle sourire, optimisme et handicap .

Alors je vous invite à suivre mon aventure, j’y consacre toute mon énergie mais cette fois-ci avec plaisir.  Et si ça marche tant mieux sinon tant pis ! Je continuerai quand même de sourire !

“Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends”


Nelson Mandela

Il n’y a aucun article publié actuellement dans cette catégorie.

Fermer le menu
Donec risus non nec dolor. lectus amet, leo ut eget sem, libero.